FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Accueil > Primo Piano > Nuovissimo Cinema Paradiso > Anteprima, c’est le festival toute l’année

Anteprima, c’est le festival toute l’année

A la fin des années quatre-vingt-dix, on considérait, en France, que le cinéma italien était pratiquement exsangue (cf. par exemple un article du Monde de cette époque titré “Cinéma italien, année zéro”). Pour lutter contre cette idée fausse, née d’une comparaison abusive avec les années fastes du néo-réalisme, nous avons décidé, avec un groupe d’étudiants de Sciences Po, de fonder en octobre 2001 l’association Anteprima. Depuis neuf ans nous organisons donc, un samedi matin par mois, au Cinéma du Panthéon, la projection d’un film italien récent suivie d’un débat car nous considérons que le cinéma est un excellent vecteur pour connaître un pays si proche mais néanmoins très compliqué, comme l’Italie. Le succès de ces rencontres nous fait dire, sans fausse modestie, que ce cinéma, et ce pays, suscitent toujours un vif intérêt ce côté-ci des Alpes.
Au lancement de cette aventure, nous avons été beaucoup aidés par Italia Cinema, la structure préposée à l’époque à la diffusion du cinéma italien à l’étranger, et notamment par sa directrice Luciana Castellina à qui je voudrais rendre hommage ici. Grâce à son soutien, nous avons réussi à obtenir gratuitement pendant quelques années des copies sous-titrées en français de film inédits en France, et à ceci nous devons notre nom “Anteprima” car nous organisions, à l’époque, beaucoup d’avant-premières. Puis cette agence a été fermée pendant quelques années et aujourd’hui Filmitalia qui l’a remplacée n’a plus la gratuité dans ses modes opératoires.
Nous avons néanmoins continué à proposer des avant-premières aux fidèles participants de notre ciné-club mais, désormais, en travaillant davantage avec les distributeurs français. Nous commencions toutefois à nous inquiéter un peu lorsque nous avions constaté, ces dernières années, que le nombre de films italiens distribués en France avait tendance à se réduire comme peau de chagrin. En 2009, par exemple, il y en a eu seulement cinq ! Les choses ont, fort heureusement, considérablement changé cette année, non pas, je crois, parce que la production cinématographique de ce pays aurait effectué un saut qualitatif et quantitatif exceptionnel. Mon point de vue est que l’on produit toujours, depuis longtemps, en Italie, un nombre important de films très intéressants et qui méritent réellement d’être vus en dehors du pays. Ce qui a changé la donne est l’entrée sur le marché de la distribution d’un nouvel acteur très dynamique : la société Bellissima Film fondée par Fabio Conversi et animée par Francois Scippa-Kohn. Cette société a acheté les droits de nombreux long-métrages de grand intérêt et ceci, couplé à un certain nombre de sortie prévues par d’autres distributeurs, a fait qu’à partir de cet été, une bonne dizaine de films étaient à notre disposition, et d’autres, bien évidemment, suivront. Grâce à Bellissima Film nous avons donc fini cette année civile en beauté (le 11 décembre) avec l’avant-première de « La bella gente » de Ivano De Matteo et allons entamer la nouvelle année 2011 avec une autre avant-première que nous essayions de programmer depuis longtemps : “Fortapàsc” de Marco Risi. Ce très beau film, qui raconte l’histoire du journaliste Giancarlo Siani assassiné par la Camorra au milieu des années quatre-vingt, sera présenté le 22 janvier au Cinéma Panthéon, au lendemain d’une Conférence sur la lutte internationale contre la Mafia qui aura lieu à Sciences Po.
Ceux qui souhaiteraient recevoir régulièrement l’information sur nos activités, peuvent nous écrire à Paolo Modugno

Paolo Modugno

jeudi 30 décembre 2010, par Patrizia Molteni