FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Home > Primo Piano > Lo spettacolo deve continuare … Ma come ? > Attilio Maggiulli, une Pantalonnade ?

Attilio Maggiulli, une Pantalonnade ?

Après le geste Commedia dell’Arte, Totoesque, happeningnesque et désespéré d’Attilio Maggiulli, directeur de la Comédie Italienne dont la grande presse européenne s’est faite écho les derniers jours de l’année, je me suis dit que peut être quelques lourds voiles de velours rouge pourpre se devaient-ils d’être soulevés sur ce qui se passe derrière le rire et les cabrioles des comédiens.

Ne pleurons pas " la commedia continua", " The show must go on" .

Un petit rappel de l’actualité. Attilio Maggiulli, à qui le ministère de la Culture Française, dans le cadre des restrictions budgétaires nationales a, sinon supprimé, mais considérablement réduit les subventions, a fêté à sa manière l’agonie de la Comédie Italienne en particulier et du théâtre privé en France en général.
En cette date symbolique du 25 décembre qui, pour beaucoup, est la fête de la lumière avec le changement de solstice mais aussi bien sûr la fête de la Chrétienté, sont morts : Charlie Chaplin, Giorgio Strehler, Ray Charles, Dean Martin et l’Arlequin brûlé devant le Palais de l’Elysée par Attilio Maggiulli.
Les aides des services culturels italiens ? ... Je vois que vous aimez rire ! Alors, allez au Théâtre et ne parlons pas de ce qui fâche.
Je vais essayer, sans être trop rébarbatif, d’expliquer succinctement ce qu’est le petit théâtre privé en France.
Peut être cela permettra-t-il de comprendre ce que signifie fonder puis diriger depuis plus de quarante ans un théâtre fixe comme celui de la "Comédie Italienne " à Paris et ce, avec onze à quinze personnes entre comédiens et techniciens, selon les pièces.
A un comédien ou à n’importe quel artiste qui vous dit “je suis un artiste”, s’il vous plait vous ne demanderez plus : "et ton vrai métier c’est quoi ? “.
Croyez vous que pour les artistes italiens, prenons Michelangelo, Leonardo da Vinci, Giuseppe Verdi, Nicolò Paganini, Vittorio Gassman, Marcello Mastroianni ... je vous laisse terminer la liste, croyez vous disais-je, qu’il ne s’agissait pas d’un vrai métier ?
Au XXIème siècle, un artiste même inconnu, possède souvent d’un niveau bac plus plus plus et plus, au minimum, et est tenu à un entraînement quotidien pour pouvoir répondre présent et en pleine possession de ses qualités à une proposition de travail qui peut tomber n’importe quand. Il arrive devant vous avec son sourire, son savoir-faire. C’est son boulot même s’il n’a pas mangé et dormi dans la rue la veille :
" Vesti la giubba et la faccia infarinata la gente paga e ride vuole qua ...
... Ah ridi pagliaccio ..." (aria de Leoncavallo)
Le petit théâtre privé en France doit il être géré comme une épicerie ? La réponse, si on se fie à la politique culturelle gouvernementale est: " OUI ".
L’autre question primordiale qu’il faudrait se poser en priorité serait : "Le peut-il ?" Et là, la réponse est pragmatiquement: "NON".
Le petit théâtre privé en France est celui qui correspond à une jauge potentielle de cent spectateurs et moins. Le Théâtre est en effet un grand mot générique où il faut distinguer les Compagnies ou troupes et les salles. Les artistes qui animent en solo ou en troupes les fêtes locales (carnavals, fêtes de quartier, métro, places publiques, centres commerciaux) ne sont pas entités négligeables et souvent ils appartiennent à des Compagnies constituées, (même s’il existe quelques électrons libres qui finissent malheureusement encore et assez souvent en garde à vue de 48 heures avec une amende. Il faut en avoir conscience).
Toutes les salles, aussi petites soient-elles, répondent obligatoirement à des obligations immobilières : locations ou en toute propriété dans ce dernier cas amortissement du capital et crédits, charges immobilières, impôts locaux et fonciers, électricité, assurances civile et diverses, nettoyage, contrôles sécurité, personnel technique souvent réduit à une personne, frais comptable, électricité chauffage etc.
Ceci représente un coût non négligeable et qui doit se retrouver d’une manière ou d’une autre dans le prix du billet d’entrée.
Les Compagnies ou troupes, elles, répondent aux obligations de production de spectacles: gestions administrative proprement-dites de la troupe: siège social, comptabilité, salaires des comédiens, metteur en scène et régisseur en répétitions, salaires des comédiens et du régisseur en représentations, charges sociales sur l’ensemble des salaires, confections des costumes, des accessoires, des décors, auxquels s’ajoutent droits d’auteur texte, musique, mise en scène.
Excusez chers lectrices et lecteurs ce côté ennuyeux. Voilà, vous en savez un peu plus.
Impossible de payer tout ceci avec des prix places comprises entre 12 et 25 euros (il y a aussi une TVA), avec une salle de moins de cent places, pas toujours pleine, sans aides politiques et sans sponsors? Ne peuvent vivre que les théâtres officiels Opéra de Paris, et régionaux, Comédie Française ou théâtre régional largement subventionnés pour si peu de spectacles et de places. Au regard d’une Nation, ou Région, une très belle image médiatique de la Culture Conservatrice institutionnalisée c’est certain, mais désolé Messieurs, Mesdames, Messieurs du pouvoir, l’histoire nous/ vous montre que la création est toujours née de la rue.
Attilio Maggiulli, dans un moment d’abattement, a voulu prendre à partie la République et son gouvernement un peu comme le comédien de rue accroche le badaud devant les terrasses de cafés pour faire rire le public attablé... Il a fait ce qu’il sait faire: le clown, et ce 25 décembre 2013, l’Arlequin directeur de la Commedia dell’Arte qu’est Attilio s’est symboliquement immolé par le feu devant le symbole du pouvoir suprême avant que ce dernier ne le tue par négligence.
Pour cela il a été enfermé en psychiatrie, Mesdames, Messieurs les normaux, enfermez donc tous les artistes en psychiatrie ... Ou alors donnez leur les moyens de s’exprimer car sans eux, vous n’êtes plus là non plus.

Signora Filipetti, ministro della Cultura francese, un suo predecessore, Jack Lang, è stato per un certo tempo direttore del Piccolo di Milano, così come, un giorno, è stata affidata la direzione dell’Odeon, Teatro dell’Europa, a Giorgio Strelher, ...allora perché non dare oggi, per un periodo, a Attilio Maggiuli, l’allievo e erede di Giorgio Strelehr la direzione di questo teatro parigino? A 67 anni e dopo 40 anni di difesa di quello che è la radice del teatro europeo, cioè la Commedia dell’Arte, non pensa che Attilio meriterebbe questo riconoscimento, invece di essere rinchiuso in ospedale psichiatrico?
En attendant allez voir ce merveilleux spectacle "Noblesse et Bourgeoisie" de Goldoni mis en scène par Attilio Maggiulli. Un pur chef d’oeuvre et du rire assuré pour tous les âges
Vous pouvez également signer la pétition et faire des dons en suivant le lien “pétitions” sur la site de la comédie italienne: www.comedie-italienne.fr.

martedì 18 febbraio 2014, di Gianni Corvi