FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Home > Cultura > Festivals > L’Italie tremble !

L’Italie tremble !

Un portrait de l’Italie contemporaine...

La terre italienne a tremblé en 2009 à l’Aquila, elle a tremblé en Emilie-Romagne en 2012, mais c’est toute l’Italie qui tremble lorsque Cosa Nostra assassine les juges Falcone et Borsellino en 1992, ou lorsque la Camorra et la N’drangheta mettent en coupe réglée non seulement la Campanie et la Calabre, mais également les riches régions du Nord, c’est toute l’Italie qui tremble après 20 ans de "seconde république", de lois ad personam, de "bonga bonga", ou lorsque seule la désindustrialisation fait obstacle à la pollution sauvage... Mais la société italienne n’est pas inerte face aux secousses qu’elle subit ; on ne le sait pas toujours, ou on l’oublie : les italiens savent réagir avec promptitude, sens de la solidarité, sens de l’organisation, à travers de multiples initiatives, face aux catastrophes naturelles, comme face au pouvoir mafieux, face aux dégradations environnementales, face aux déviances politiques... L’Italie tremble, mais elle résiste.
Pieve di Cento : le 20 mai, puis le 29, la terre tremble. 20 secondes. 20 secondes qui suffisent à bouleverser la vie de ce gros bourg de 7000 habitants situé dans la province de Bologne. Par bonheur, il n’y a pas de victimes. En revanche le patrimoine culturel et les équipements industriels ou de service sont très touchés : les quatre principales églises, deux des quatre portes historiques, le théâtre, la salle du conseil municipal, les écoles élémentaires et la crèche, le cimetière, l’ancienne gare, le vieux marché couvert, plus de 200 maisons individuelles...
La stupeur passée, les premières actions se mettent en place, et, parmi elles, la mise en sécurité de la collégiale de Santa Maria Maggiore et le transfert des œuvres d’art qui y sont conservées, notamment le grand crucifix de bois du XIIIe siècle. « Nous sommes partis de nos origines et de notre histoire, déclare le maire, nous devons notre existence, ce que nous sommes aujourd’hui précisément à la Pieve, cette première église du territoire... ». Cette attention au patrimoine, au legs du passé, cette conviction d’appartenir à une histoire et que la survie de la communauté passe par la sauvegarde de cet héritage, ce sont là des éléments proprement constitutifs de la culture italienne. Qu’on se souvienne de l’extraordinaire mobilisation à laquelle avait donné lieu le sauvetage des collections des Offices et de la bibliothèque nationale lors de l’inondation de Florence en 1966...
A travers la manière dont les habitants d’Emilie-Romagne font face à la catastrophe du printemps 2012, mais aussi à travers l’action d’associations telles Libera, qui organise la résistance contre la mafia et le crime organisé, à travers le dynamisme des débats menés au sein de la société civile italienne sur des questions telles que l’eau ou, plus généralement, sur les «biens communs», c’est un portrait de l’Italie contemporaine qui se dessine. L’exposition proposée du 15 au 30 octobre prochain à l’Espace Cosmopolis par le CCFI de Nantes montre quel rapport singulier à leur environnement, à leur patrimoine et à eux-mêmes, quels réflexes et compétences, faits de créativité, de passion et de réalisme, les Italiens ont développé au cours de leur histoire, le plus souvent en affrontant des événements tragiques, qu’il s’agisse de catastrophes naturelles ou de fléaux sociaux, économiques ou politiques.


Vedi on line : http://www.centreculturelfrancoital...

martedì 1 ottobre 2013, di Patrick Goutefangea