FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Accueil > Tempo libero > Itinerari > Les Abruzzes entre histoire, art, nature, gastronomie

Les Abruzzes entre histoire, art, nature, gastronomie

Une opération "Tourisme solidaire"

Les Abruzzes comptent parmi les régions les plus belles mais aussi les plus méconnues d’Italie. Entre les Apennins et la mer Adriatique, d’accès facile depuis une grande partie de la péninsule, la région se situe dans l’Italie centre-méridionale. Elle est baignée à l’est par la mer Adriatique, elle confine au nord avec les Marches, à l’ouest avec le Latium (L’Aquila est à cent vingt kilomètres de Rome), et au sud et sud-est avec le Molise. L’été, elle offre la possibilité de passer les matinées à la plage et de consacrer les après-midi à la découverte des nombreuses bourgades et villes d’art. Cent trente-trois kilomètres de côtes pour tous les goûts, jusqu’aux plages rocheuses et solitaires de la côte méridionale, où le poète D’Annunzio aimait se réfugier pendant l’écriture de son roman Le Triomphe de la mort. Un musée en plein air, entre histoire, art, nature et gastronomie.

Les Abruzzes maritimes, entre plages et pinèdes

Les Abruzzes marittimes ©Cuboimages/Leemage

Le littoral des Abruzzes est subdivisé entre les trois provinces de Teramo, Pescara et Chieti. La côte du nord est basse, à sable très fin. Des dunes marquent la limite entre la plage et les pinèdes qui rafraîchissent les pique-niques estivaux. On y trouve la station balnéaire Tortoreto Lido, très fréquentée du fait de l’importante offre touristique des hôtels et des campings-villages. En poursuivant, nous arrivons à Pineto, un cas unique de localité où une dense pinède sépare la plage de l’agglomération balnéaire. Au sud de la ville, nous retrouvons la tour de Cerrano (XVIe siècle), un système défensif côtier construit contre les incursions dévastatrices turques. Sur la même route, on rencontre la belle Silvi Marina, où le vacancier profite des grandes plages pendant la journée, et peut se promener le soir jusqu’à l’ancien village penché sur la mer. De là, on admire un spectacle magnifique grâce à une route panoramique qui offre une vue à couper le souffle sur la côte de l’Adriatique. Pescara, ville jumelée à la française Arcachon, offre de vastes plages et de nombreux établissements, qui, au coucher du soleil, se transforment en bars disco où l’on danse toute la nuit. Les plages sont équipées pour le mouillage de petits voiliers et la pratique du canoë. La position stratégique du port de plaisance « Marina di Pescara » permet le départ de croisières vers la Croatie et la Grèce. Son calendrier est chargé d’événements sportifs et de spectacles pyrotechniques, comme les feux d’artifice tirés de la mer le dernier dimanche de juillet, pour célébrer saint André, le patron des pêcheurs. La côte rocheuse du sud, caractérisée par ses baies, est idéale pour la plongée sous-marine.
En partant de Francavilla al Mare, célèbre dès la seconde moitié du XIXe siècle, nous arrivons à Ortona, dont les environs offrent de belles agglomérations comme Ripari di Giobbe. Ici, la tradition veut que le soir de la Saint-Laurent, on formule un vœu au passage des étoiles filantes. Vasto est le dernier centre côtier des Abruzzes. Il se trouve à l’extrémité méridionale de la côte. Son centre historique a été fondé à l’époque italique, puis conquis par les Romains. La côte, avec la belle plage sableuse de Marina di Vasto, est la plus étendue et la plus variée de toute la région, donc l’une des plus appréciées des touristes. Au nord de l’agglomération se trouve la côte de Santa Maria della Penna et la côte rocheuse de Punta Aderci, réserve naturelle côtière.

Una curiosità Abruzzese : il trabocco Curiosité : L’une des particularités de la côte rocheuse des Abruzzes, notamment de la côte de Chieti, est le « trabocco », une cabane sur pilotis plantée dans la mer et entourée d’une large plate-forme à partir de laquelle le pêcheur lance à l’eau son carrelet : le trabocchi. Développé au XVIIe siècle par les pontonniers de l’Adriatique, le trabocco est équipé d’un mécanisme en bois qui permet au pêcheur de descendre et de remonter ses filets et qui lui donne son étrange et magnifique allure.

Les montagnes les plus élevées de la péninsule

©Cuboimage/Leemage Il est impossible de trouver une autre région européenne qui concentre sur un territoire aussi réduit autant de plages, dunes, pinèdes et parcs naturels. Si le Parc national du Gran Sasso et des Monts de la Laga est fréquenté par les excursionnistes et les alpinistes, l’âpre Parc national de la Majella offre des témoignages préhistoriques rares. L’alpinisme est le sport pour lequel la région est connue depuis toujours. Les endroits où pratiquer la randonnée de montagne et la grimpe sont innombrables : le massif du Gran Sasso offre des environnements alpins et des parois rocheuses. Les autres groupes montagneux, comme la Majella, devenus plus arrondis en raison de l’érosion, sont plus appropriés aux excursions. Parallèlement aux sports de montagne, la région s’est affirmée depuis une dizaine d’années comme l’une des meilleures scènes nationales pour la pratique du tourisme équestre. Le Parc national des Abruzzes, Latium et Molise attire aujourd’hui un million de visiteurs par an, curieux de retrouver les traces de l’ours dans le bois et celles du loup dans la neige. Les montagnes du Parc régional du Sirente-Velino sont très connues des skieurs pour les pistes d’Ovindoli et Campo Felice, mais elles sont également appréciées pour les zones archéologiques, les tours et les bourgs médiévaux. Pas loin du parc, se situe la ville de L’Aquila, au centre de l’homonyme cuvette, fermée d’un côté par le Gran Sasso et de l’autre par le Velino Sirente, lieu très riche d’art, de culture et d’histoire. L’Aquila est née de la volonté d’un groupe de seigneurs féodaux qui demandèrent au pape Gregoire IX une concession pour fonder une ville sur le col qui s’étendait entre Amiternum et Forcona. Autour des nombreux châteaux répandus sur les pentes environnant la nouvelle ville, s’édifièrent des maisons, des églises, des fontaines et des places, créant ainsi le premier noyau de L’Aquila. Son nom est une allusion aux nombreuses sources d’eau qui jaillissaient sur le lieu, et qui alimentaient la Fontaine des 99 Cannelle.

Una curiosità : le 99 cannelle Curiosité : A la Fontaine des 99 Cannelle est liée une légende, entre mythe et histoire. Au XIIIe siècle, cent souverains de cent châteaux des Abruzzes se réunirent pour fonder la ville. Chaque souverain devait réaliser une place, une église et une fontaine, mais au dernier moment l’un d’eux se retira. Les 99 autres poursuivirent leur projet avec 99 places, 99 églises et 99 fontaines. Aujourd’hui encore, la cloche de la Tour Civique de L’Aquila sonne quotidiennement 99 tintements.

Les lacs, les ermitages, les grottes

Lac abruzzese ©Cuboimage/Leemage Après une excursion en canoë, il faut s’arrêter au lac de Scanno, principale attraction touristique de la vallée du Sagittario, avec un magnifique village médiéval. On peut également visiter le lac de Bomba, entouré de petites bourgades pittoresques. Les abords du lac de Campotosto sont idéals pour le trekking et le cyclotourisme, ou pour les promenades romantiques au coucher du soleil, quand on peut rencontrer des lièvres et des renards. Autour du lac de Barrea, né au cœur du Parc national des Abruzzes, des guides peuvent nous faire découvrir la richesse de la faune et de la flore. Les ermitages représentent pour la région la plus authentique foi chrétienne unie au paganisme. Concentrés surtout sur la Majella, nous trouvons l’ermitage de Saint’Onofrio di Serramonacesca, celui de Célestin V sur le Morrone et celui de S. Bartolomeo di Legio, qui se dresse sur la paroi d’un vallon sauvage. Il y a quatre-vingts ans, l’artiste hollandais Mauritius Cornelius Escher s’établit dans ce lieu pour profiter des perspectives audacieuses qui caractérisent ses lithographies. Pour terminer ce parcours insolite, il faut descendre dans les grottes de Stiffe, une stupéfiante création de la nature, à dix-sept kilomètres de L’Aquila, dans la commune de Saint Demetrio ne’ Vestini. Il s’agit d’un phénomène de karst souterrain présenté sur un parcours touristique de 600 mètres, avec des cascades spectaculaires.

Rutger Hauer et Michelle Pfieffer à Rocca Calascio pour Ladyhaweke de Richard Donner Curiosité : En 1985, Richard Donner décida de tourner dans ces lieux le film Ladyhawke, la femme de la nuit. Sur le fond enchanté des ermitages du Moyen-Âge et du château de Rocca Calascio, se déroule l’histoire d’amour tourmentée entre le capitaine Etienne de Navarre (Rutger Hauer), ancien chef de l’armée d’Aquila, et la belle Isabeau d’Anjou (Michelle Pfeiffer), aidés par le fidèle Philippe Gaston (Matthew Broderick), contre la jalousie de l’évêque d’Aquila qui brisera leur amour.

Un patrimoine culturel ébranlé mais toujours riche

Le Guerrier de Capestrano au Musée de Chieti ©Giovanni Lattanzi www.abruzzocultura.itLa région offre de nombreux musées et manifestations au touriste à la recherche de stimuli culturels. A L’Aquila, dans la Basilique de S. Maria di Collemaggio, est renouvelé chaque année le rituel de la « Perdonanza Celestiniana », avec l’indulgence plénière que Célestin V accorda aux fideles, le jour du couronnement du souverain pontife en 1294. Dans un caractéristique défilé, le 28 août, la bulle papale est transférée de la mairie à la Basilique, jusqu’à l’ouverture de la porte sainte, la seule qui existe au monde en dehors de celle du Vatican. Le château espagnol du XVIe siècle est le siège du musée national des Abruzzes, qui recueille des œuvres du XIIe au XVIe siècle, des peintures flamandes et des toiles des artistes contemporains régionaux. Dans la ville de Teramo, il faut se rendre au Musée archéologique qui conserve des pièces datant de la Préhistoire jusqu’au Moyen-âge ; ensuite, on poursuit pour le Musée diocésain d’Atri, avec sa superbe collection d’enluminures médiévales, pour arriver au Musée de la civilisation paysanne de Montepagano. En été, Pescara héberge deux manifestations internationales : le prix Ennio Flaiano et le Festival de jazz. Le vacancier peut visiter le musée Villa Urania, sa collection de majoliques des Castelli et les expositions temporaires sur les artistes régionaux, comme celle de l’été 2009 sur Tommaso Cascella. Au centre historique, on trouve le musée Gabriele D’Annunzio, maison natale du poète, et le Musée delle Genti d’Abruzzo, de nature démo-ethno-anthropologique. La province de Chieti propose un excursus très varié entre l’histoire de l’art et l’archéologie. Si l’on veut admirer les grands tableaux de l’artiste Franceso Paolo Michetti, il faut visiter son musée qui se situe à Francavilla al Mare, alors qu’à Ortona on peut parcourir le Palais Farnèse et la pinacothèque Cascella. Le Musée archéologique national des Abruzzes, à Chieti, conserve un bijou artistique : la statue funéraire du Guerriero di Capestrano, symbole des Abruzzes et de son identité. Elle remonte à la moitié du VIe siècle avant J.-C. et fut mise au jour pendant les fouilles de la nécropole aux pieds du bourg de Capestrano (L’Aquila). L’offre culturelle de Vasto comprend le Musée municipal du palais D’Avalos et la pinacothèque, qui proposent un parcours divisé en trois sections : l’archéologie, la peinture des frères Palizzi et le Musée du costume, qui expose l’ameublement et les habits traditionnels pendant les XIXe et XXe siècles. Pas loin du lieu, on découvre une merveilleuse mosaïque représentant Neptune, et provenant des fouilles du complexe des thermes romains d’Histonium (IIe siècle après J.-C.).

LES VOYAGISTES SOLIDAIRES
Dans le cadre d’une opération de tourisme solidaire vers les Abruzzes, façon comme une autre de relancer l’économie d’une région qui en a actuellement besoin, plusieurs agences de voyage ont déjà accepté d’insérer la destination Abruzzes dans leurs catalogues et même de reverser un pourcentage de leurs recettes aux victimes du séisme.

Parmi ces agences, pour le moment :
Autrement l’Italie
72, bd Saint Michel - 75006
Tél. 01 44 41 69 95
Site : www.autrement-italie.fr

Casa D’Arno
36, rue de la Roquette - 75011 Paris
Tél. 01 44 64 86 00
Site : www.casadarno.com

Images du Monde
14, rue Lahire 75013 Paris
Tél. 01 44 24 87 88
Site : www.images-du-monde.com


Voir en ligne : Le site d’Abruzzo Cultura

dimanche 7 juin 2009, par Raffaella Cordisco