FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Accueil > Cultura > Musica e danza > Musique populaire : les incontournables

Musique populaire : les incontournables

Le CD de UaragniaunLa sortie d’un nouveau disque d’ Uaragniaun, le groupe phare de la Murgia est toujours un événement. U Diavule e l’acqua sante ne déroge pas à la règle. La plupart des 18 titres que comprend cet album sont d’ingénieuses réélaborations musicales sur des textes traditionnels. Ils s’inspirent des chroniques du temps jadis : un brigand légendaire qui protège les indigents, un bellâtre diabolique qui soustrait malicieusement les deux jouvencelles d’un couple de paysans, la passion tragique de la baronne de Carini, sans oublier un beau florilège de chants de dévotion et/ou d’amour. Voilà le menu de ce disque de la maturité. Maria Moramarco, Silvio Teot et Luigi Bolognese, le trio historique de ce groupe, se sont entourés de musiciens complices particulièrement bien choisis parmi les virtuoses de la musique populaire italienne d’aujourd’hui : Riccardo Tesi à l’organetto, Daniele Sepe, le flûtiste Pino Colonna et le zampognaro Nico Berardi qui n’en est pas à sa première collaboration avec Uaragniaun. Le livret donne aux paroles traditionnelles chantées en dialecte local, une explication bilingue qui permet de comprendre le texte et le contexte. Il se dégage de ce disque une frénésie particulièrement envoûtante. Le répertoire religieux est abordé avec un souffle parfois teinté d’une grande ferveur. Ce trio, originaire d’Altamura, signe avec ce disque l’une des réalisations musicales parmi les plus réussies de l’année. (www.uaragniaun.com)

La Zampogna

"Pratica e Maestria, proposé en DVD par l'éditeur frioulan "Nota Music"Durant les célébrations agro-pastorales du printemps et de l’été 2003 en Basilicate, Rossella Schillaci a eu la judicieuse idée de réaliser un documentaire qui présente les techniques et les virtuoses locaux des différentes zampognes qu’on pratique dans cette région. Ce film ethnographique est enfin disponible grâce au label frioulan Nota Music (www.nota.it) qui a édité ce travail sous forme d’un livre accompagné d’un dvd particulièrement bien documenté. Il s’agit d’un passionnant voyage à la découverte de la zampogna lucana, dont l’univers et la pratique populaire sont notamment racontés par deux frères ; Antonio et Vincenzo Forastiero. Le premier est le constructeur tandis que le second est le musicien. Les deux frères nous transmettent avec orgueil et passion, parfois même avec un soupçon de malice, le savoir-faire artisanal et la vie du monde agricole lucanien pendant que retentissent les mélodies incomparables de leurs zampognes. Dans ce document ethnographique, on peut les suivre dans leur atelier et les écouter dans différents contextes : notamment lors du Festival International de la Zampogna à Scapoli dans le Molise, au studio où ils enregistrent quelques morceaux ou durant les fêtes religieuses en l’honneur de la Sainte Vierge.. Le livret explicatif est particulièrement complet. Grâce à ce documentaire de Rossella Schillaci, la pratique de ce noble instrument devient accessible à tout amateur.

Les Archives de Radio France

Pour les passionnés de musique traditionnelle italienne, les archives de la RAI semblent vouloir s’ouvrir à la publication discographique. Ocora, le label de Radio France, a sorti récemment un cd composé d’une vingtaine d’enregistrements collectés dans les années 50/60 et présentés comme une sorte de parcours initiatique à la découverte des traditions musicales des régions italiennes.
Outre le plaisir de l’écoute, c’est un hommage aux grands musicologues italiens du siècle passé : Diego Carpitella, le sarde Pietro Sassu, Giorgio Nataletti, sans oublier Sergio Liberovici. Grâce à leur travail et à la volonté du Centro Nazionale Studi di Musica Popolare (justement créé par Nataletti en 1948), ils nous permettent d’apprécier aujourd’hui, un répertoire unique de musiques et de chants traditionnels qu’il est de plus en plus difficile de collecter. Depuis quelques décennies, la sauvegarde et la recherche de ce trésor national s’intensifient en Italie. C’est probablement pourquoi la scène du folk revival est de plus en plus vivante, chaque année. De nombreux festivals prospèrent dans chaque région permettant ainsi, d’entendre, décontextualisés, certains de ces trésors inestimables. Les vingt pièces de ce volume sont d’autant plus remarquables qu’elles appartiennent au corpus de la première exploration sonore réalisée par les pionniers de l’ethnomusicologie italienne. (www.radiofrance.fr/kiosque)

lundi 11 janvier 2010, par Claude Monnet