FOCUS IN - Chi siamo
RICERCA
Une N° 23 Un N° 22 Une N° 21 Une N°20 Une N° 19 Une N° 18 Une N° 17 Une N° 16 Une N° 15 Une 14 Une N° 13 Une N° 12

Home > Cultura > Teatro > Pane!

Pane!

Les fans d’Emthéâtre, la compagnie de théâtre dirigée par Eleonora Marino, sont habitués aux métaphores alimentaires de la réalisatrice. Après « Cooking Religion », un parcours initié en 2006, Marino se donne au pain.
«Dans toutes les révolutions, le peuple demande du pain» explique-t-elle, donnant d’emblée le ton de sa recherche. Il suffit de penser aux grandes «révoltes du pain» à commencer par celle de Milan racontée par Manzoni dans les Fiancés. «Le pain a un symbolisme politique, économique et social : on ne peut pas parler du pain sans parler de la guerre», continue la réalisatrice. «Il a une portée métaphorique, poétique, iconographique énorme : derrière chaque manière de consommer le pain il y a une vie différente». Pour les Occidentaux, le pain, c’est un accompagnement mais c’est surtout un moyen de survie, l’élément qui fait que nous n’avons pas faim. Ce n’est pas le cas dans certaines parties des pays orientaux ou de l’Afrique où le moyen de subsistance est le riz, « nous, les occidentaux, oublions souvent qu’ils sont plus nombreux que nous et que notre manière de vivre n’est pas la seule ! » dit-elle. Dans ces pays le ‘pain’ c’est autre chose, même si dans toutes les civilisations et à toute époque il y a et il y a eu des formes de pain : des galettes romaines, au matzo, en passant par le Ksra, le nan …
Depuis «Cooking Religion» et même avant, la metteuse en scène considère la nourriture comme un langage pour raconter et se raconter, comme la métaphore idéale de ce qui se passe dans la vie, outil extraordinaire pour arriver à parler de l’identité culturelle, de la multiethnicité et de la compréhension du monde.
Pendant ses résidences d’auteur, à la Villette et au Centquatre, Eleonora Marino a exploré l’univers du pain, sa valeur symbolique, ses histoires et ses voyages à travers le temps et l’espace, ses anecdotes et ses fantasmes. Sur scène, pour le spectacle «Pane» (en italien dans le texte), deux acteurs, une femme et un homme, qui représentent les deux volets de cette quête, le yin et le yang.
Mais, comme déjà pour «Cooking Religion», Eleonora Marino pense à son questionnement comme un ensemble qui comprend aussi les «performances sensorielles» et les installations. Les premières, sous le titre «Bon comme le pain», sont réalisées par 5 performeurs en contact direct et interactif avec le public, des performances évocatrices qui font appel aux sens du tact, du goût et de l’odorat, «bref, tout ce qu’on ne pas faire au théâtre». Les performeurs proposent un voyage que chacun va vivre d’une façon différente, selon son ressenti, sa mémoire, son vécu, sa sensibilité. Entre autres, c’est l’occasion pour eux de faire la collecte de témoignages, des sensations et d’expériences (cette collecte continue en ligne sur le site www.cultureassiette.net).
Ces mots, ces phrases, ces regards voyagent ensuite avec Emthéâtre au sein des «installations» : cette fois, sous le titre «Nappes», ce sont des installations textiles accrochées dans les endroits les plus improbables. La dernière était à la Maison du Pain de Célestas, près de Strasbourg.
Soutenu par le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, ainsi que par Slow food, ce projet représente l’esprit «militant» d’Emthéâtre : Marino veut montrer que la qualité de l’acte alimentaire a un impact sur notre futur et sur celui de la planète. Mais sans moralisme aucun : «Je n’ai pas de réponse clé en main, juste des questions qu’il me tient à cœur de poser», explique encore Eleonora. «Dans une société qui cherche la consommation rapide des saveurs et des émotions, dans une tentative de raccourcir l’espace entre le désir et sa réalisation, dans une société où tout est une perte de temps, dans l’univers du fast-food, de la fast-life, du fast-sex, l’urgence est de retrouver la vraie Vie». Le pain comme manifeste contre la globalisation et le formatage, ce n’est pas bon ça ?

Quelques dates
Du 2 au 4 février 2012

Centre d’Animation
Place de Fête
2-4 rue des Lilas, 75019 Paris

Du 10 au 18 mars 2012
Centquatre

5 rue Curial - 75019 Paris

domenica 4 dicembre 2011, di Patrizia Molteni